spot_img

A Paris, le Président Togolais partage ses perspectives d’investissement pour une Afrique en croissance

Le 31 octobre 2023, le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, a pris part à la 22ème édition du Forum économique international sur l’Afrique à Paris, France.

Le thème de cet événement, intitulé « Investir en Afrique pour une croissance inclusive et un développement durable, » a été organisé conjointement par le Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission de l’Union africaine (UA).

Le Président Faure Essozimna Gnassingbé était l’unique chef d’État invité à cette prestigieuse rencontre économique de haut niveau.

Dans son intervention devant un auditoire composé de décideurs du secteur public et de représentants du monde des affaires, le chef de l’État a présenté un aperçu de la situation économique en Afrique tout en exprimant son optimisme pour l’avenir du continent.

Malgré les défis géopolitiques et environnementaux auxquels l’Afrique est confrontée, le Président a souligné son optimisme quant à la croissance du continent, déclarant : « En dépit de la situation géopolitique et écologique tendue, je suis optimiste pour l’Afrique, parce qu’après plusieurs années difficiles, le continent africain retrouve la croissance et présente de nouveau visage pour les investisseurs. »

Les statistiques des institutions internationales confirment cette vision positive, avec une réduction du taux d’inflation de 10 % à 7 % depuis juillet 2023 et des prévisions de croissance en hausse pour 2024, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI).

Le Président a souligné que la reprise économique de l’Afrique est liée aux opportunités d’investissement, notamment grâce au dynamisme démographique du continent, à l’intégration économique à travers la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), et aux besoins de financement privé en Afrique. Pour soutenir cette dynamique, le Président de la République a préconisé un rôle renforcé de l’État, avec la mise en place de politiques favorisant l’investissement privé et l’amélioration du climat des affaires.

Il a déclaré : « Il faut repenser le rôle de l’État. Il doit devenir le catalyseur de l’investissement privé. La question du climat des affaires dans ce contexte est importante, et le Togo travaille chaque jour sur cette question. »

Le chef de l’État a également exhorté les pouvoirs publics à s’engager dans l’amélioration du climat des affaires et à proposer des projets solides aux partenaires. Il a plaidé en faveur d’un investissement privé accru dans le secteur de l’énergie, un domaine à fort potentiel économique où l’Afrique peut jouer un rôle prépondérant.

Il a ajouté : « Les opportunités d’investissement en Afrique sont considérables, notamment dans le domaine de la transition énergétique. Face à des besoins de financement immenses, les finances publiques des États africains ne peuvent suffire. Il faut donc qu’une partie plus significative des financements privés se réoriente vers notre continent. Et pour cela, notre tâche est de fournir des bons projets. »

Fil d'actu

A Abuja, la première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO ouverte par Mémounatou Ibrahima

La première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO...

Le Togo lève 32,112 milliards FCFA sur le marché financier de l’UMOA

Le Trésor public du Togo a levé 32,112 milliards...

Newsletter

A Abuja, la première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO ouverte par Mémounatou Ibrahima

La première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO a été officiellement ouverte ce lundi 1er juillet à Abuja par Hadja Mémounatou Ibrahima, présidente...

Pour développer son commerce international, le Togo explore les perspectives de coopération avec le Commonwealth

Membre du Commonwealth depuis 2022, le Togo explore les perspectives de coopération avec l’organisation pour développer son commerce international. C’est ainsi qu’une rencontre s'est...

Le Togo, 2e gabarit sur le marché financier de l’UMOA au premier trimestre 2024

Avec 256,22 milliards de FCFA levés, et une durée de vie moyenne à l’émission de 1,30 milliard, le Togo se positionne au 2e rang...