spot_img

Le Togo pleinement engagé dans la lutte contre la corruption

Pour lutter contre la corruption au Togo, Faure Gnassingbé et son gouvernement multiplient les initiatives. En plus de la digitalisation de plusieurs services publics, la volonté politique de combattre ce fléau s’est matérialisée par l’adoption de la loi n°2015-006 du 28 juillet 2015 portant création de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA). Sa mission consiste non seulement à prévenir, mais aussi à réprimer les actes de corruption.

La corruption est un mal qui gangrène les Etats et constitue un frein à leur développement. Pour l’éradiquer, il faut une volonté politique forte. Le gouvernement togolais en est conscient et multiplie des initiatives, notamment l’adoption de la loi fixant les conditions de déclaration des biens, la loi portant liberté d’accès à l’information et à la documentation, la loi portant sur la passation des marchés publics et la création de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

La HAPLUCIA se dresse contre la corruption

Créée en 2015, la Haute Autorité a plusieurs missions. Qui se déclinent en quatre (4) principaux axes : la prévention des actes de corruption par des activités de sensibilisation, d’information, d’éducation et de vulgarisation de textes ainsi que la promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts et l’enrichissement illicite, la répression à travers la collecte et le traitement des plaintes et dénonciations des faits de corruption, la protection des dénonciateurs et le respect du principe de la présomption d’innocence et la facilitation de l’entraide judicaire portant sur les actes de corruption ou d’infractions assimilées. « La croisade contre la corruption n’est pas un long fleuve tranquille. La complexité de cette perversion des mœurs sociales, les multiples figures de dissimulation qu’elle emprunte, ses stratagèmes tortueux pour rançonner et spolier les pauvres citoyens, font de la corruption une pratique malaisée à maitriser et à endiguer. Pour y faire face avec efficacité et rigueur, il faut faire preuve d’audace, de volonté, de méthode et de détermination, en s’inspirant des normes et des expériences testées à l’échelle internationale, sans pour autant négliger nos réalités propres », a déclaré Kimelabalou ABA, Président de la Haute Autorité.

Nommé par décret présentiel à la tête de l’institution en janvier dernier, Kimelabalou ABA posséde bonne expertise dans le domaine de la lutte contre la corruption. Il a été directeur général du Groupe intergouvernementale d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA). Pour lui, le gouvernement manifeste une réelle volonté politique « d’aller vers une gestion rigoureuse et transparente de la chose publique, la promotion de l’intégrité, la culture de la reddition des comptes, gages d’un amenuisement drastique des faits de corruption dans notre pays ». Toutefois, «il est aussi impératif que tous les organismes et institutions étatiques entrent pleinement et sincèrement dans la vision du Président de la République », a-t-il stipulé.

Depuis sa création, l’institution organise régulièrement des sensibilisations à l’intention de différents acteurs. La dernière sensibilisation a regroupé des élus et cadres municipaux. L’objectif, selon les responsables de l’institution, est de renforcer la participation citoyenne des élus et cadres municipaux à la lutte contre la corruption, l’intégrité, la redevabilité et la transparence dans la gestion des communes.
Les efforts consentis par les autorités ont commencé par avoir des résultats. En 2021, le Togo a progressé de six places dans le classement mondial sur la perception de la corruption de Transparency International. Le pays, crédité d’un score de 30 sur 100 (+1 par rapport à 2019 et 2020), s’est classé 128ème mondial contre 134ème en 2020.

Pour Christian Trimua, le ministre des Droits de l’homme et des relations avec institutions de la République, « la lutte contre la corruption n’est pas une option, c’est une obligation ». Il s’exprimait en octobre 2022 à l’occasion de la présentation aux acteurs socio-économiques et partenaires techniques et financiers de la nouvelle stratégie du pays en matière de lutte contre la corruption.

« Une lutte axée sur un triptyque »

Cette stratégie nationale se décline en trois axes principaux. Le 1er axe vise le renforcement du cadre juridique et institutionnel de lutte contre la corruption dans le pays. A travers le deuxième, la HAPLUCIA et ses partenaires vont œuvrer à la mobilisation de tous les acteurs et secteurs d’intervention confondus à la lutte contre la corruption. Conformément au dernier axe, des actions seront menées pour renforcer l’intégrité, la transparence et la qualité dans l’administration publique. « Nous avons choisi de faire une lutte axée sur un triptyque : information, prévention ET répression. Après la crise post-Covid 19, la crise alimentaire et la crise sécuritaire, il n’est plus question, il n’est plus possible de laisser notre argent filer par la petite porte », a soutenu le ministre des Droits de l’homme et des relations avec institutions de la République.

Fil d'actu

Inflation : le Togo fait bonne impression

Au Togo, le taux d’inflation s’est établi à +2,6%,...

Don de sang : 50 millions de FCFA et d’importants moyens matériels de Coris Bank International au CNTS

Coris Bank International Togo (CBI Togo) s’engage dans la...

Transformation de produits locaux : Le Togo dans une nouvelle dynamique

Le gouvernement togolais s’est lancé, depuis quelques années, à...

La part de l’extrême pauvreté a baissé au Togo, indique le FMI

Washington, DC : Une mission du Fonds monétaire international...

Newsletter

Don de sang : 50 millions de FCFA et d’importants moyens matériels de Coris Bank International au CNTS

Coris Bank International Togo (CBI Togo) s’engage dans la mobilisation pour la collecte des poches de sang au  Togo. A l’occasion de la  Journée...

La part de l’extrême pauvreté a baissé au Togo, indique le FMI

Washington, DC : Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Hans Weisfeld et composée de John-Paul Fanning, Maximilien Kaffo, Grace Li et...

Au Togo, les inondations et les mesures de riposte

Le Togo connait, depuis quelques jours, des pluies qui occasionnent des inondations par endroit surtout dans la partie Sud du pays. Une situation contre...