spot_img

Transformation de produits locaux : Le Togo dans une nouvelle dynamique

Le gouvernement togolais s’est lancé, depuis quelques années, à l’assaut de la transformation des produits locaux agricoles. A cet effet, plusieurs investissements sont consentis avec la création des pôles de transformation.  Il s’agit pour les autorités de créer de la valeur ajoutée pour faire de l’agriculture un vrai levier du développement.

Au Togo, l’agriculture contribue à hauteur d’environ 35% du PIB national et emploie au moins 2/3 de la population active. Pourtant, une part très importante des producteurs vit sous le seuil de pauvreté, et des problèmes d’insécurité alimentaire persistent. Malgré la disponibilité relative des produits alimentaires, une partie de la population n’a pas accès à l’alimentation locale pour des raisons d’accessibilité, de disponibilité et de qualité. Sur certaines activités, les surplus de production ne trouvent pas suffisamment de débouchés commerciaux, aussi la faible valorisation des produits locaux et une importante concurrence des produits alimentaires de substitution importés constituent un frein au développement des productions locales.

Face à cette situation, le gouvernement togolais, sous l’impulsion du Chef d’Etat, Faure Gnassingbé a décidé d’insuffler une véritable dynamique autour de la création d’unités de transformation. Plusieurs projets sont élaborés et exécutés. Projet de transformation agroalimentaire du Togo (PTA-Togo) dans le cadre du plan stratégique de développement des agropoles au Togo (2017-2030) et de l’initiative Nourrir l’Afrique (2016-2025), visant à accroître de 19 à 40 % la part des produits agricoles transformés sur place, Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) et ses dérivés, mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA), etc. De nombreux programmes, projets ou mécanismes ont permis de faire un grand pas vers la transformation des produits agricoles sur place. Manifestation ultime ces derniers temps de cette volonté politique est la mise en place de la plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) et la promotion du volet transformation des produits.

L’objectif est de mieux valoriser les produits locaux pour la création d’emplois. Dans le pays, les infrastructures de transformation sortent de terre. Ananas, mangues, papayes, soja sont désormais transformés au Togo. L’une des dernières usines créées est celle de la transformation du manioc.

Une usine de haut standing et des emplois.

D’une capacité de production de 50 tonnes par jour, l’usine située dans la préfecture de l’Ogou dans la région maritime est le symbole des ambitions des autorités togolaises. Elle permet aux producteurs locaux d’écouler rapidement leur produit. Cette usine est portée par la Nouvelle société de commercialisation et de produits agroalimentaires (NSCPA).

L’initiative a bénéficié du soutien du Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs porteurs (PAEIJ-SP), un programme qui a par ailleurs appuyé un peu moins de 1800 groupements agricoles et formé quinze institutions financières sur le financement des chaînes de valeur agricoles entre 2016 et 2020.

Au sein de l’unité de transformation, la production est contractualisée jusqu’à la commercialisation. La NSCPA devient ainsi la première unité mécanisée de transformation de manioc au Togo et la 3ème en Afrique.

Selon les chiffres officiels, près de 4000 emplois ont été créés grâce à l’implantation de cette usine. « Entre-temps, nos paysans ont presque abandonné la filière manioc parce qu’ils n’avaient pas de débouchés au quotidien. Notre approche, c’est que nous achetons le manioc au frais directement au champ et c’est de l’enthousiasme créé chez le producteur. Aujourd’hui, grâce à notre usine, les gens ont commencé à accroître leurs surfaces cultivables. On a visité tout récemment un champ de manioc de 100 hectares, ce qui n’a jamais été possible dans le passé », a confié le directeur général de l’usine, Ognankitan Koffi Dodji.

Même si des défis restent à relever, aujourd’hui le Togo est en train de devenir une figure de proue dans les transformations des produits locaux. Une volonté politique à mettre à l’actif de son président Faure Gnassingbé qui fait du développement de l’agriculture et l’amélioration des conditions de vie des producteurs une priorité.

Fil d'actu

A Abuja, la première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO ouverte par Mémounatou Ibrahima

La première session ordinaire du Parlement de la CEDEAO...

Le Togo lève 32,112 milliards FCFA sur le marché financier de l’UMOA

Le Trésor public du Togo a levé 32,112 milliards...

Newsletter

Production céréalière : vers une hausse de 5% pour la saison en cours au Togo

Les estimations provisoires de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) contenues dans son dernier rapport sur la politique monétaire dans...

Budget 2024 : Allocation de 13 milliards FCFA pour renforcer la sécurité alimentaire

Le Budget 2024 alloue une somme significative de 13 milliards de FCFA pour garantir la sécurité alimentaire et renforcer la résilience de la population,...

Togo: Un nouvel élan pour l’agriculture

Sous l'impulsion du Chef de l'Etat Faure Gnassingbé, au Togo l'agriculture est en train de retrouver une place stratégique dans le développement. En effet,...